A very Englishman

Very_Englishman_affichePaul Raymond, l’homme qui inventa et incarna la nuit londonienne érotique. Le roi de Soho et homme le plus riche du Royaume-Uni a bâti un empire immobilier.
Le film The look of love ou A very Englishman, en traduction française – je n’ai jamais compris le principe de traduire un titre anglais par un autre toujours anglophone mais apparemment plus français- retrace la vie de roi du porno ou de l’effeuillage, selon les points de vue, un genre de self-made man complètement inconnu en France.
Le biopic commence presque comme un documentaire, sur un ton de comédie. Un homme qui fait un pied de nez à tout le monde en mettant des femmes nues sur scènes, mais immobiles pour contourner la loi. Il bâtira des clubs privés, ouvrira des théâtres, où règnera l’art de l’effeuillage, jusqu’à en faire un magasine, Men only pornographique ou simplement coquin, c’est selon.
Quand Paul Raymond meurt à 82 ans, en 2008, il est un des hommes les plus riches d’Angleterre. Il laisse derrière lui un empire. Une richesse accumulée par un homme triste et seul.
Sa femme, son fils puis Fiona Richmond, l’ont tour à tour quitté. Et sa fille adorée, Debbie, dont il rêvait de faire son héritière est morte prématurément à 32 ans.
Un biopic drôle, touchant, rythmé, une vraie plongée dans le Soho de Paul Raymond, dans l’univers d’un homme incapable de vivre normalement, incapable d’aimer simplement. Steve Coogan incarne avec charisme, et humour un homme qui voulait toujours plus, toujours trop.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s