Juste avant le bonheur

juste-avant-le-bonheur-agnes-ledig-1J’ai commencé à lire ce livre dans le rer et puis quand je suis arrivée chez moi je n’ai pas pu m’arrêter. Alors que le premier réflexe naturel est d’allumer un écran dès qu’on arrive. Entre la télé, l’ordinateur, les tablettes ou les smartphones, chacun sa drogue. Moi c’est vrai que si mon wifi fait des siennes, c’est le drame. Mais Juste avant le bonheur, d’Agnès Ledig, fait partie de ces rares romans que l’on ne peut pas reposer avant de l’avoir fini. Finalement je l’ai lu en deux jours, mais je crois avoir éteint la lumière à une heure assez avancée dans la nuit.
Agnès Ledig vient d’ailleurs d’obtenir le prix 2012 de la maison de la presse pour ce livre publié aux éditions Albin Michel. Il faut croire que je n’ai pas été la seule à avoir été touchée par ce roman. J’ai même pleuré en le lisant, mais en le refermant j’avais le sourire. L’optimisme transmis dans cette histoire est contagieux. Des émotions multiples que l’on doit à son auteur, sage-femme le jour et écrivain la nuit. Elle tire cette force de caractère, cette foi dans la vie et cette grande sensibilité d’un drame qu’elle a vécu avec son enfant atteint d’une leucémie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s