Les tweets sont des chats

UnknownIl parait que pour une journaliste c’est surprenant, voire impensable de ne pas être sur tweeter. Quand je vois ce qu’on y poste, je n’ai pas franchement envie de lire et encore moins de m’abonner. Et puis il faut avoir quelque chose d’intéressant à raconter régulièrement, même si ce ne sont que de courtes remarques. Alors c’est vrai que quand j’ai appris que Bernard Pivot était sur tweeter, j’étais plutôt surprise. Mais à l’écouter, on peut dire beaucoup de choses en 140 signes. Pour lui, c’est en étant concis qu’on est percutant et surtout quand on fait court, on ne peut pas « noyer le poisson », « on est forcé d’être soi-même ».

Le format des tweets lui rappelle ses débuts dans le journalisme, quand il rédigeait des dépêches qui devaient être courtes et informatives. Il conseille même à tous les élèves en école de journalisme de s’y exercer, pour apprendre la base du sens rédactionnel.

Dans « les tweets sont des chats », publié aux éditions Albin Michel, Bernard Pivot propose le premier recueil du genre. Le premier peut-être parce qu’il fallait un tel amoureux de la langue française pour qu’on on ait envie de les consigner. Aller juste un pour vous faire une idée:  » Il en est du second baiser comme du second roman : c’est au vu du premier qu’il sera ou non accepté ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s