Le flûtiste invisible

7759384336_le-flutiste-invisibleJe n’aime pas trop les nouvelles, exception faite pour 24 heures de la vie d’une femme. En règle générale, soit je les trouve trop courtes pour que l’auteur puisse tisser l’intrigue ou trop courtes pour m’imprégner de l’histoire, des personnages,  ou bien je reste sur ma faim. Je vais lire un recueil de nouvelles uniquement parce que c’est un auteur que j’aime. C’était le cas pour Les deux messieurs de Bruxelles, d’Éric-Emmanuel Schmitt l’année dernière et je dois avouer que je n’ai pas été déçue.

Pour les mêmes raisons j’ai décidé de lire Le flûtiste invisible de Philippe Labro, publié aux éditions Gallimard. Les trois histoires n’ont semble-t-il aucun lien apparent entre elles. Hormis peut-être ce lien invisible qui relie chaque homme, chaque vie, chaque histoire entre eux: le destin.


L’homme qui est amené à croiser au hasard d’une rue, celui qui des années avant l’avait « dans sa ligne de mire » mais n’a pas pu tirer est certainement la rencontre qui m’a le plus surprise dans ce livre. Vous préférerez peut-être l’histoire du jeune homme qui en partant découvrir New York découvre l’amour avec une jeune et belle américaine, insaisissable mais déjà « jaded »?
Dans tout recueil de nouvelles, on préférera une histoire à l’autre. Mais L’avantage quand elles sont bien écrites, c’est qu’on en trouvera forcément une qu’on aura plaisir à lire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s