Hannah Arendt

Hannah-Arendt

Hannah Arendt fait partie de ces nombreux auteurs que l’on n’étudie pas à l’école et c’est bien dommage. Bien sur, ça n’empêche personne de décider par soi-même de lire ses ouvrages. Mais on ne peut pas toujours appréhender toute la complexité de ses écrits, tout seul.
C’est pourquoi le film de Margarethe Von Trotta, Hannah Arendt, est une double réussite, non seulement parce qu’il dresse le portrait d’une femme forte et fragile, à la séduction froide, au charme classique et à l’intelligence peut-être trop supérieure. L’image sans fioriture, tente de nous livrer sa pensée, comme un nuage de fumée, omniprésent à l’écran.

Mais surtout ce film aborde le procès d’Eichmann, auquel la philosophe a assisté. Dans le New-Yorker, elle tentera de le décrire avec son œil critique. Elle tentera d’expliquer « la différence entre la cruauté inimaginable d’un homme et sa médiocrité », elle tentera d’expliquer qu’un homme « perd son humanité quand il cesse de penser ».
Ce qui déclenchera le feu aux poudres ce n’est pas seulement sa description d’Eichmann comme « un homme horriblement normal », c’est aussi le rôle qu’elle imputera à certains chefs juifs dans l’extermination de leur peuple.
En bref, ce film prenant, magistralement interprété par Barbara Sukowa, vous donnera envie de lire ou relire Eichmann à Jérusalem.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s