The Grandmaster

The-Grandmaster-Affiche-France

Je ne suis pas objective quand il s’agit de Wong-Kar-Wai. J’aime son univers, la beauté de ses films, presque voilée ; la profondeur particulière des sentiments que ses personnages incarnent, sans jamais les nommer. Plutôt habituée à le voir porter à l’écran le sentiment humain que le kung-fu, je n’ai pas été surprise de découvrir que The Grandmaster s’intéressait d’avantage à l’être et à l’âme qui habite le combattant, qu’à l’exploit physique. Mais ça n’empêche pas les combats d’être esthétiquement puissants, à mi-chemin entre Matrix et Hero ou Le secret des poignards volants, même si Wong-Car-Wai ne rend pas la même authenticité aux arts martiaux que Zhang Yimou.

Je vais quand même essayer d’être un peu objective : peut-être que la deuxième partie du film saute trop rapidement d’une époque à une autre, en oubliant ou rajoutant quelques personnages secondaires, de manière un peu confuse. Mais malgré tout ce film est tellement esthétique et il y a cette pudeur des personnages, ces sentiments tout en retenus, ces non-dits qui me bouleversent. Alors tant pis, quitte à manquer d’esprit critique, malgrè quelques petits défauts ce film vaut bien que l’on se déplace dans une salle de cinéma.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s